L’œuvre de Francine Del Pierre

Print Friendly and PDF

© Jean Vertut - ©DR - © Jean Vertut.

Éloignée du tour par sa petite taille, Francine Del Pierre, met progressivement au point sa propre technique. Autodidacte, elle y travaille en toute liberté, et explore, sans a priori, toutes les possibilités du modelage pour inventer une technique qui lui est propre. Elle dessine tout d’abord la forme née de son imagination, puis la reprend avec précision sur papier millimétré avant de la réaliser en superposant des colombins. Les colombins sont, contrairement au colombin rond, préformés de façon à bien se placer au-dessus du colombin qui le précède. Contrairement au travail au tour qui, par sa rapidité, implique une prédominance du savoir-faire sur l’esprit, le travail au colombin permet à l’imagination créatrice de se nourrir en chemin. Francine Del Pierre ne renie pas la recherche de la symétrie :

...symétrie que je contrôle très strictement pendant la construction parce que je crois que les mains, même habiles, laissent aux lignes une grande sensibilité que l’évidence « trop évidente » du modelage gâcherait. Ce que le mot « modelage », en poterie, peut encore évoquer de primitif ou d’improvisé est ici démenti au seul profit de la vibration sensible.*

Francine Del Pierre revendique, à juste titre, le statut d’artiste. Elle exprime ce qui relie et sépare la poterie de la sculpture :

Profils, formes et volumes sont des notions communes à la sculpture et à la poterie. Mais les profils de la poterie doivent répondre à la dilatation juste de creux de la pièce, ce creux qui est son noyau. C’est le développement parfait de ce noyau qui va déterminer les limites de la pièce et lui donner sa vérité. On pourrait aussi dire d’une poterie qu’elle dépend de l’utilisation respiratoire de son creux. Selon que la pièce respirera largement, généreusement, parfois jusqu’à une dangereuse dilatation, ou précautionneusement, ou encore timidement, il est évident que nous aurons d’elle une impression différente, cette impression qui pourra être à peine sensible aux yeux (une si petite variation de la ligne peut suffire) sera importante au niveau de l’émotion transmise. À mes yeux, c’est donc parce qu’une poterie est creuse et parce qu’elle respire, qu’elle se différencie essentiellement de la sculpture abstraite.Et parce qu’elles respirent, qu’elles sont douées de vie, de cette vie que leur a insufflée le potier, les formes de la poterie sont d’une certaine manière toujours anthropomorphes.

À l’élaboration des formes s’ajoute un deuxième ensemble de considérations dans la réalisation d’une pièce : la façon de traiter la surface. Il ne s’agit pas simplement d’une seconde étape qui serait entièrement subordonnée à la première, et encore moins de poser un « décor » sur le corps de la pièce : le traitement réservé aux surfaces est le complément indispensable de l’élaboration des formes, c’est lui qui contribue à les révéler, à leur faire prendre vie. Francine Del Pierre travaille elle-même ses émaux. Comme un peintre sur sa toile, elle ose les couvertes sur l’argile.

La façon dont le revêtement épouse le corps de la pièce permet de créer divers effets de couleur de texture… qui contribuent à conférer à la forme vie et mouvement dans l’espace et la lumière. Le traitement de la surface comprend donc non seulement le choix de l’émail, mais aussi sa pose et tous les effets délibérément provoqués, qui ne se révèleront qu’au sortir du four, au terme du cycle de cuisson.

La distribution des motifs est un autre élément important du travail de Francine Del Pierre. Le motif doit, comme la forme, trouver son équilibre dans l’espace, mais il s’agit cette fois de celui des surfaces et des volumes offerts par la pièce. Il contribue aussi à la manière dont cette dernière, perçue dans sa totalité, va prendre elle-même sa juste place dans l’espace. L’effet produit ne concerne pas seulement le motif lui-même mais l’ensemble de l’œuvre. Grâce à lui, la pièce renforce son unité.

Visitez l’atelier

Une photo de l’atelier
Vous êtes ici : Accueil > Les artistes et les œuvres > Francine Del Pierre > Œuvre